GNOME et la densité

ux-ui linux

Comment résister au gaspillage de pixels engendré par les applications modernes à l’ère du tactile et du Hi-DPI ? Comment se sentir à l’aise en 1366x768 sur GNOME ? J’ai essayé de faire au mieux… :)

Mon ordinateur quotidien est un Thinkpad X220 doté d’un écran LCD de 12,5 pouces en 1366×768 pixels. C’est une définition correcte pour l’époque, surtout pour un écran de cette taille. Toutes les applications courantes passent bien, et le Web aussi, malgré la tendance actuelle à beaucoup agrandir les caractères et espacer les éléments.

Depuis l’arrivée des écrans tactiles, les interfaces utilisateur pour ordinateur personnels ont beaucoup perdu en densité, les éléments à l’écran étant plus gros pour être accessibles au doigt. Dans le même temps, les écrans à haute densité se sont répandus, réglant le problème précédent si l’on a un bureau avec des éléments vectoriels offrant la possibilité de toucher à un réglage de densité (c’est possible avec GNOME).

Mais les machines existantes, on les jette ? J’ai des raisons économiques, techniques et esthétiques (si si) qui me font préférer mon vieil ultrabook tout carré (design Germano-Nippon des Thinkpad classiques) à un appareil tout fin sans connectique qui m’interdirait tout bricolage matériel. Du coup, je cherche à avoir un affichage dense, l’idéal pour moi étant ce qu’on faisait dans les années 90 en termes d’économie d’espace, d’économie d’énergie, de cohérence et de clarté.

Images de Toastytech

J’utilise GNOME, parce que c’est le seul environnement actuellement à gérer correctement le double écran avec le dock de l’ordinateur. GNOME, ce sont des applications simples, ergonomiques et efficaces ; c’est aussi une certaine vision de l’expérience de l’utilisateur, qui ne fait pas l’unanimité, mais qui a un mérite : expérimenter quelque chose de nouveau et appliquer des principes, une guideline, de manière cohérente.

Mais quelle perte de place ! C’est terrible, le thème Adwaita est dramatiquement glouton en pixels. Paradoxalement, c’est aussi GNOME qui introduit les CSD, l’unification de la barre de titre avec le contenu. Alors, que faire ? Les solutions que j’ai trouvées pour le moment ont été de changer les polices et les thèmes. Pour le thème, j’ai choisi un des rares thèmes qui ne prennent pas trop de place : le thème Arc. En plus il est très joli.

Pour l’interface j’ai choisi la Libération 10 dans gnome-tweak-tool, cette police s’affiche confortablement même en faible taille, selon le réglage d’anticrénelage utilisé. Pour le thème GNOME Shell, le réglage de police n’a pas d’effet, et je préfère garder le thème natif. J’ai alors fait un pseudo-thème qui hérite du thème originel et se contente d’utiliser la Libération 10 pour les éléments, ce qui économise une place considérable à l’écran.

Téléchargement du thème GNOME Shell : gnome-shell-mini.tar

C’est donc ma solution temporaire pour optimiser le plus possible l’affichage dans GNOME. Sinon, il ne me reste plus qu’à me faire mon environnement minimal, avec par exemple OpenBox. Mais le souci de la perte d’espace avec les applications GTK3 continuera à se poser, et je ne veux pas discriminer une application à cause de son toolkit pour une raison pareille… Les seuls qui semblent encore attachés à la densité, ce sont les gens d’Apple, alors que paradoxalement ils étaient les premiers en perte abusive de pixels… lors de la naissance du terrible Mac OS X.